Séminaire du 31 mai 2022

Séance 3
Partager les connaissances en contexte de science ouverte : entre valorisation, commercialisation et institutionnalisation des savoirs

31 mai 2022
14h – 16h
Bibliothèque Universitaire, bâtiment 407 rue du Doyen Georges Poitou, Orsay
Salle de conférences (RdC)

En présentiel et en visioconférence

Contact et Inscriptions : centre.dalembert@universite-paris-saclay.fr

Intervenants

Lise Verlaet
Directrice de l’Institut des Technosciences de l’Information et de la Communication, Université Paul-Valéry, Responsable scientifique du programme de recherche-action NumeRev (MSH-Sud) 

L’écosystème de l’édition scientifique face à la science ouverte : (re)configurations et réticularités

Nous observons depuis plus de deux décennies des dynamiques liées aux démarches d’ouverture notamment sous l’impulsion du mouvement du Libre Accès aux ressources scientifiques, mais qui se déclinent désormais au gré des sujets. Toutes ces démarches d’ouverture sont désormais regroupées sous le terme générique de Science Ouverte (Open Science) afin d’en assurer notamment la gouvernance informationnelle et stratégique. Cette institutionnalisation est loin d’être anodine. De prime abord, les enjeux économiques et sociaux prévalent dans la communication faite autour de la science ouverte, l’enjeu étant d’essayer de contrer les politiques marchandes inflationnistes de l’oligopole à frange des éditeurs commerciaux afin de permettre l’accessibilité numérique au public (et sans restriction) des principaux résultats de la recherche financée par des fonds publics, ce qui comprend les publications et les données de la recherche (OCDE, 2015). Il s’agit donc pour les politiques publiques de repenser les modèles d’affaires de l’édition de la recherche, tout en respectant le principe de bibliodiversité et en essayant de rattraper l’innovation technologique de ces grands éditeurs. Nous reviendrons sur ces rapports de force et subséquemment sur cette situation paradoxale dont l’illustration est le principe suivant « rester aussi ouvert que possible, et fermé que nécessaire ». Par réticularité, la science ouverte vient reconfigurer à la fois les institutions de recherche et l’ensemble du cycle de recherche, ce qui implique un changement de paradigme important tout au moins dans la gestion de sa recherche. En effet, selon la Commission Européenne (2016), la science ouverte représente une nouvelle approche du processus scientifique basée sur le travail en coopération et de nouvelles façons de diffuser les connaissances en utilisant les technologies numériques et de nouveaux outils de collaboration. Nous passerons en revue quelques-uns des changements annoncés et à venir pour les institutions mais aussi pour les acteurs de la recherche.

Lise Verlaet est directrice de l’Institut des Technosciences de l’Information et de la Communication au sein de l’Université Paul-Valéry. Elle est responsable scientifique du programme de recherche-action NumeRev (MSH-Sud) qui est une plateforme d’édition scientifique en science ouverte, elle est également membre du comité de rédaction des revues Communication & Management, COSSI et Intelligibilité du numérique. Ces recherches portent sur l’audit/diagnostic des systèmes d’information, les technologies de l’intelligence, la gouvernance de l’information et l’intelligence économique qu’elle étudie en privilégiant les approches constructivistes et compréhensives.

Arnaud Saint-Martin,
Sociologue, Chargé de recherche au CNRS, CESSP Centre Européen de Sociologie et de Science Politique (CNRS, Paris 1, EHESS)

L’essor des revues prédatrices comme révélateur des contradictions du capitalisme scientifique

L’ouverture de la science est un mot d’ordre désormais consensuel. Il s’est institutionnalisé dans les pratiques et les institutions scientifiques ces dernières années. Ses effets ont été notables sur l’édition scientifique, à commencer par l’essor des revues en accès libre. Rares sont les chercheuses et chercheurs à en nier l’intérêt : les savoirs circulent d’autant plus, et favorisent des dynamiques intellectuelles a priori fécondes. Un effet non anticipé ni toujours désiré de cette ouverture de l’édition scientifique a néanmoins été d’encourager la prolifération de revues peu ou pas conformes aux standards de « qualité » scientifique. Qualifiées de « prédatrices », ces revues se comptent par milliers, sont souvent interchangeables (« International Journal of X and Y »), et diffusent des contenus à peine cités. 

Dans cet exposé, je proposerai de revenir sur l’essor de ce segment délégitimé du marché de l’édition scientifique, d’en identifier les fonctions sociales et ce qu’il révèle des contradictions du capitalisme scientifique. L’analyse alternera entre d’une part l’objectivation des conditions d’émergence de ce milieu éditorial au fonctionnement opaque et énigmatique, et d’autre part des considérations plus normatives sur l’espèce de panique morale qu’a suscité ce développement de ce même milieu depuis le début des années 2010.

Arnaud Saint-Martin est sociologue, chargé de recherche au CNRS. Ses recherches alternent entre l’histoire des sciences et techniques, notamment astronomiques, et l’étude des transformations de l’astronautique, de la guerre froide à l’avènement du « New Space ». Il co-dirige la revue Zilsel et assure la cogérance des Éditions du Croquant.

Organisatrice
Alexia Jolivet, Maîtresse de conférences en sciences de l’information et de la communication, Études sur les Sciences et les Techniques, Université Paris-Saclay

Merci de vous inscrire si vous souhaitez participer à la séance en visioconférence (Le lien vous sera transmis par mail.)

Contact : centre.dalembert@universite-paris-saclay.fr

Séminaire 11 avril 2022

Séance 2
La Mathématique comme Science Ouverte libre à travers l’Histoire : le rôle-clé des bibliothèques

11 avril 2022
16h30 – 19h
Amphi Yoccoz, Institut de Mathématique d’Orsay, Bâtiment 307 rue Michel Magat

En présentiel et en visioconférence

Contact et Inscriptions : centre.dalembert@universite-paris-saclay.fr

Intervenants

Elisabeth Kneller,
Ingénieure de recherche, responsable de la Bibliothèque mathématique Jacques Hadamard et responsable du réseau RNBM (réseau national des bibliothèques de mathématiques)

Bibliothèques de mathématiques des années 1970 à aujourd’hui : une mission spécifique au service de la communauté scientifique nationale, garantir et préserver un accès pérenne et partagé.

Plus que dans beaucoup d’autres domaines scientifiques, la recherche mathématique repose sur l’importance de la documentation, avec un large champ historique. La documentation – livres, périodiques, toute publication – est un outil de travail des scientifiques mathématiques. Il n’est pas rare qu’un article contemporain cite des références remontant à plusieurs dizaines d’années, si ce n’est un siècle. Les bibliothèques de recherche ont donc une mission importante de transmission et de conservation du patrimoine scientifique au service de la communauté mathématique entière.

A l’exemple de la Bibliothèque mathématique Jacques Hadamard et de son intégration dans le réseau national des bibliothèques de mathématiques (RNBM), cette présentation montre, des années 70 jusqu’à aujourd’hui, le rôle des bibliothèques et de tout un réseau qui réunit des professionnels de l’IST et des scientifiques pour travailler ensemble à l’ouverture de la documentation au service de la recherche mathématique tout en garantissant un accès pérenne à la documentation.

Joël Merker,
Professeur, Institut de Mathématique d’Orsay, Université Paris-Saclay

Modernisation et renaissance du patrimoine documentaire en mathématiques : comment faire (re)vivre un savoir ouvert ?

Patrimoine commun, ou « marchandisation » de la connaissance : comment développer au mieux le savoir mathématique ?
Comment la communauté mathématique articule-t-elle sa production contemporaine de vérités « éternelles », à la valorisation de découvertes anciennes « thésaurisées » dans les bibliothèques ?
Au-delà de la mise à disposition par le monde académique de ses productions actuelles, les bibliothèques elles-mêmes offrent en accès libre un panel de monographies et d’œuvres complètes, qui sont susceptibles de provoquer des « résurgences thématiques » inattendues. Et susceptibles, aussi, d’émerveiller les lecteurs par l’état de sophistication dont font preuve de nombreux mémoires « oubliés par l’histoire ».

Les travaux anciens consultables sous forme papier ou numérique sont totalement libres des contraintes spécifiques du « savoir marchand », et ne demandent qu’à être lus pour ouvrir et développer à nouveau leur champ de recherches.

L’exposé donnera quelques exemples de résurgence d’un savoir mathématique ouvert, à partir des œuvres complètes de Sophus Lie, d’Elie Cartan, de Charles Hermite, …

Organisatrice
Hélène Gispert, Professeur émérite en Histoire des Sciences, Université Paris-Saclay

Merci de vous inscrire si vous souhaitez participer à la séance en visioconférence (Le lien vous sera transmis par mail.)

Contact : centre.dalembert@universite-paris-saclay.fr



Séminaire 22 mars 2022

Séance 1 :
Les ressources génétiques végétales entre communs et volonté d’appropriation : comment garantir un accès juste et équitable ? 

22 mars 2022
10h – 12h
Grand amphi, Institut Pascal, 530, rue André Rivière, Orsay

En présentiel et en visioconférence

Contact : centre.dalembert@universite-paris-saclay.fr

Intervenants :

Frédéric Thomas
Chargé de recherche IRD, Histoire des sciences, Histoire environnementale. UMR Savoirs Environnement Sociétés (IRD, CIRAD, Université Paul-Valéry Montpellier)

La crise du libre accès aux ressources génétiques végétales et l’approche par la théorie des commons

En circonscrivant ce qui est appropriable de ce qui ne l’est pas, les régimes de propriété intellectuelle définissent en filigrane ce qui doit rester en libre accès. Dans les domaines de la génétique et de l’amélioration des plantes, l’Union pour la protection des obtentions variétales (l’UPOV, 1961) avait ainsi réussi à laisser les ressources génétiques contenues dans une innovation végétale en libre accès. Le recours de plus en plus important à la protection des innovations végétales par brevets, d’abord avec les OGM, puis avec les plantes mutées et enfin de plus en plus avec la génomique et les techniques de genome editing a sérieusement bousculé cet équilibre entre appropriation de l’innovation et maintien des ressources génétiques en libre accès. Il en a résulté ce qu’il convient d’appeler une crise du libre accès à laquelle les grandes conventions internationales sur les ressources génétiques comme le protocole de Nagoya et le traité de la FAO sur les plantes cultivées ne répondent que très partiellement. Dans ce contexte, penser les ressources génétiques comme des common pool resources et les instituer comme des commons (au sens d’Elinor Ostrom) apparaît à un nombre croissant d’acteurs comme une option à privilégier. A partir de leurs différentes expériences, plus ou moins accomplies, nous examinerons les difficultés à la fois théoriques et pratiques auxquelles s’expose une telle perspective.

Amandine Cornille 
Chargée de recherche CNRS, Laboratoire Génétique quantitative et évolution – Le Moulon
Institut Diversité Ecologie et Evolution du Vivant (IDEEV). CNRS/ INRAE/ AgroSup/ Université Paris-Saclay

Comprendre l’effet du changement climatique sur les arbres fruitiers cultivés, et vers une conservation de leurs apparentés sauvages : quels opportunités et défis implique le protocole de Nagoya dans le cadre de la recherche fondamentale et appliquée ?

Le changement climatique constitue une menace importante sur la biodiversité. Le changement climatique affecte déjà les systèmes agricoles et menace la sécurité alimentaire en réduisant la productivité des cultures et en augmentant l’incertitude des récoltes. Mobiliser la diversité des espèces cultivées et celles de leurs parents sauvages, est devenu un enjeu majeur des programmes de recherche actuels, ainsi que l’utilisation, l’accès et la valorisation des ressources génétiques associées. Le Protocole de Nagoya vise un partage juste et équitable des avantages découlant de l’utilisation de ces ressources génétiques. A travers la présentation des recherches menées dans son équipe sur l’impact du changement climatique sur les arbres fruitiers, Amandine Cornille, chargée de recherche CNRS et cheffe de l’équipe ECLECTIC (Écologie et génomique des interactions multi-espèces), vous exposera les opportunités et les défis qu’implique le protocole NAGOYA dans la recherche fondamentale et appliquée.

Understanding the impact of global changes on fruit trees, and towards the sustainable conservation of their wild relatives: challenge and opportunities of the Nagoya protocol

Global change poses a significant threat to biodiversity. Global change (e.g., climate change and parasite outbreak) is already affecting agrosystems and threatening food security by reducing crop productivity and increasing harvest uncertainty. Mobilizing crop diversity, and those of their wild relatives, is an efficient way to mitigate the impact of global change. In the ECLECTIC group, we use combinations of various approaches (laboratory experiments, field work, modeling, molecular biology, population genetics and genomics) for contributing to our understanding of how fruit trees, and their associated symbionts (parasites, mutualists), evolve and adapt to their environment, together with the applied consequences of the findings. I will present the opportunities and challenges that imply the NAGOYA protocol through the presentation of the research led by the team on the apple tree. 

Organisateurs :
Annick Jacq, DR2 CNRS émérite, EST, Faculté des Sciences d’Orsay
Pierre Nicolas, chercheur MaIAGE, INRAE
avec le soutien de la MSH Paris-Saclay

Merci de vous inscrire en précisant si vous souhaitez participer à la séance
* en présentiel (En raison des conditions sanitaires, places limitées)
* en visioconférence (Le lien Zoom vous sera transmis par mail.)

Contact : centre.dalembert@universite-paris-saclay.fr


Séminaire du 4 mai 2021

Séance 8 :
La preuve en médecine. Du patient à l’Evidence-Based Medicine à la pratique clinique : la boucle est-elle bouclée ?

Mardi 4 mai 2021
14h-16h


En visioconférence
S’inscrire :
centre.dalembert@universite-paris-saclay.fr

Le lien de connexion vous sera communiqué par mail la veille du séminaire.

Contact et informations :
centre.dalembert@universite-paris-saclay.fr

Intervenants :

Pr Jean-Christophe Thalabard
Professeur émérite à la faculté de santé de l’Université de Paris, membre du laboratoire
MAP5, UMR CNRS 8145. Ingénieur de formation initiale, tourné vers les mathématiques appliquées et les statistiques, médecin AIHP, ancien CCA, il a pratiqué la gynécologie endocrinienne jusqu’en 2016 à l’APHP. Ses domaines de recherche ont concerné le contrôle neuro- hormonal de l’axe reproductif, avec une large part d’expérimentations animales, mais également les effets des expositions hormonales prolongées sur le risque de cancer du sein à travers de larges études épidémiologiques. Il s’est également largement investi dans le domaine de la méthodologie de la recherche clinique, à travers des activités d’enseignement, de participation à des protocoles d’essais et des nombreuses activités d’expertise notamment pour l’Inserm, l’APHP, l’IFSTTAR, l’ANSEM, la LNCC.

Comment fait-on preuve en médecine ? Les essais cliniques entre régime
de preuves et logique de soins

Résumé : Dans sa représentation courante, la pratique médicale vise à répondre à une plainte d’un patient en lui proposant une démarche diagnostique débouchant sur une prise en charge thérapeutique « efficace » adaptée. Le but est d’aider le retour à un état de « bonne santé » ou, à défaut, à empêcher une majoration du désordre ayant motivé la plainte. Cette plainte initiale, qui ne se réduit pas qu’à un désordre patho- physiologique, peut même être absente lorsque nous rentrons dans le domaine de la prévention ou de la médecine de confort. Pour remplir sa fonction, le soignant va s’appuyer sur une « science médicale », domaine protéiforme qui tient autant des sciences biologiques que des sciences sociales avec ses théories et ses pré- supposés. Son objet d’étude est, certes, le vivant biologique avec toute sa large variabilité, mais surtout un vivant singulier, capable de ressentir, penser et verbaliser, avec toute la subjectivité des relations humaines au sein d’une société donnée. Qui plus est, et la période actuelle l’illustre bien, la maladie, en tant qu’entité nosologique, est une notion dynamique qui peut apparaître, évoluer, disparaître en fonction des périodes et des contextes. L’approche thérapeutique, parfois tâtonnante et largement dépendante du contexte de soin, aux rationalités mouvantes, peut être source d’espoirs et de déceptions. Pour le soignant, elle s’inscrit dans un contexte de prises de décisions successives sur des horizons variables portant tant sur le diagnostic probable, que sur les choix thérapeutiques voire, dans certaines situations, sur les objectifs à atteindre. La définition de l’efficacité thérapeutique s’est progressivement affinée au cours des siècles en se focalisant sur des critères quantitatifs bien identifiés permettant de l’inscrire dans une logique de preuve expérimentale (efficacy), dont un des paradigmes est bien la médecine factuelle (Evidence Based Medicine). Il peut être intéressant de s’interroger sur l’évolution et la perception de cette médecine reposant sur les preuves par rapport à son dessein originel, où la question de l’efficacité en situation réelle non expérimentale (effectiveness) était clairement posée. A travers la mise en place d’un cadre réglementaire, l’imposition d’un regard social sur les pratiques de recherche thérapeutique a profondément changé, dans un sens positif, le paysage, même si des efforts pour plus de transparence restent encore à faire. Il reste, et ce n’est pas le moindre des enjeux, à maintenir si ce n’est rétablir, la confiance entre soignants, soigné et son entourage, « placebo » nécessaire à toute forme d’efficacité.


Pr Elie Azria 
Professeur de Gynécologie Obstétrique à l’Université de Paris,
Chef de service de la maternité Notre Dame de Bon Secours du Groupe Hospitalier Paris Saint Joseph,
Chercheur en épidémiologie au sein de l’équipe « Épidémiologie Obstétricale, Périnatale et Pédiatrique » (EPOPé) de l’UMR 1153, travaux orientés vers l’étude des mécanismes des inégalités sociales de santé maternelle et périnatale.

De la preuve clinique à la clinique de la preuve ou la logique évolutive de l’Evidence Based Medicine 

Résumé : La connaissance médicale, un des piliers centraux de la décision médicale, est quantitativement de plus en plus difficile à délimiter, elle est de plus qualitativement extrêmement hétérogène et d’une complexité croissante avec le temps. Un des enjeux, pour le clinicien de terrain comme pour le décideur de santé publique est de pouvoir s’y orienter et choisir dans cette somme de savoirs le plus pertinent à mobiliser pour le soin. La question « Qu’est ce qui fait preuve ? » est alors cruciale et c’est autour d’elle que s’est élaboré dans les décennies 80 et 90 le paradigme de l’Evidence Based Medicine (EBM). Basée sur une approche pédagogique, conférant à l’analyse critique du fait scientifique une place centrale, le paradigme a évolué et l’EBM est devenu le nom générique d’un système producteur et prescripteur de normes, qui par le biais de standardisation des pratiques a profondément transformé la place et le rôle du clinicien, ainsi que la relation de soin. Cette évolution qui a placé une ’’administration de la preuve’’ en surplomb de l’approche clinique, a contribué à rationaliser la pratique du soin. La nature conjecturale, limitée et provisoire de la connaissance sur la base de laquelle s’opère cette rationalisation amène à toutefois à questionner encore et toujours le rapport que la preuve issue de la recherche clinique entretien avec l’incertitude. 


Organisatrice :
Annick Jacq, Directrice de recherche émérite au CNRS, microbiologiste et historienne des sciences, Unité de recherche « Etudes sur les Sciences et  les Techniques » de la faculté des sciences d’Orsay de l’Université Paris-Saclay

Séminaire du 8 avril 2021

Séance 7 :
Qu’est-ce que valider un fait en économie ? En quoi la théorie est-elle utile dans ce but ?

Jeudi 8 avril 2021
14h-15h30


En visioconférence
https://eu.bbcollab.com/guest/68d2350c45e44b3c82146a9cc5795b29

Contact et informations :
centre.dalembert@universite-paris-saclay.fr

Intervenantes :

Ariane Dupont-Kieffer
Historienne de la pensée économique et économiste des transports, Université Paris 1. Ariane Dupont-Kieffer, après une thèse sur l’histoire de l’économétrie et de la mesure, se spécialise sur l’analyse de la mobilité durable et la définition des politiques de promotion d’un transport moins émetteur en carbone et en polluants locaux. Elle a travaillé pendant 10 ans sur les questions de risque routier et de mobilité durable et inclusive au sein du DEST à l’Ifsttar. Elle a rejoint le laboratoire PHARE à l’université Paris 1 en Septembre 2014 pour comprendre la place des questions de justice et d’équité dans la définition et la mise en place des politiques économiques. Elle a été vice-présidente de l’action COST Action No. 1209 « Transport Equity Assessment ». Elle est un membre actif du Comité « Women’s issues in Transportation » du Transport Research Board des National Académies. Elle a été doyenne de l’Ecole d’Economie de la Sorbonne (Unité de formation et de Recherche) d’Economie à l’Université Paris 1 depuis de septembre 2015 à septembre 2020.

Quels rapports la théorie économique entretient-elle avec les faits ?

Résumé : L’objet de cette présentation est de suivre comment, à partir de l’entre-deux-guerres, les recherches économiques opèrent une conversion empirique en référence à une conception particulière de la démarche de la connaissance qui établit comme critère de scientificité le recours aux faits. La construction des faits économiques passe par l’observation. La description précise permet les comparaisons dans le temps et dans l’espace. Une construction plus élaborée des faits passe par les expériences en laboratoire et la mise en place de routine d’observation.

Le premier pas de Ragnar Frisch, fondateur de l’économétrie et premier prix Nobel en Economie, a ainsi eu des conséquences importantes après la seconde guerre mondiale au point que certains y ont vu un véritable « tournant empirique » en économie (Cherrier et Backhouse, 2017). Selon cette interprétation, les économistes se sont progressivement détournés des questions théoriques pour donner une place de plus en plus grande aux analyses empiriques. Ce faisant, ils ont multiplié les méthodes pour disposer de données et les traiter : développement de l’économétrie sur données d’enquête, recours à des expériences en laboratoire, recours à des expériences contrôlées, étude des données historiques autour de la cliométrie, fondation de la méthode du récit analytique etc.

Ces différents types de collectes de données supposent des opérations de codage, d’établissement de conventions et de définitions qui créent un espace de commensurabilité[1]. C’est dans cet espace que l’économiste évolue et se repère. L’objectivité de son travail s’appuie alors sur sa capacité à produire des mesures des phénomènes économiques et sociaux. Cette quête d’objectivité répond plus fondamentalement à une quête du « vrai » et de lois régissant le monde, en se dégageant de toute explication métaphysique.
—————————

[1] Sur cette question, voir Desrosières (1993). Alain Desrosières est l’un des grands historiens français des statistiques et son ouvrage La Politique des grands nombres, reste la référence sur l’histoire de la construction des statistiques modernes.


Agnès Labrousse
Maîtresse de conférences HDR en économie à l’Université de Picardie Jules Verne et chercheuse au CRIISEA depuis 2004. Elle enseigne également à l’EHESS depuis 2008. Elle est vice-présidente de l’Association Française d’Economie Politique (AFEP). Ses travaux portent sur l’économie du développement et de la transformation post-socialiste, sur la régulation des secteurs pharmaceutiques et chimiques et, enfin, sur l’histoire de la pensée économique institutionnaliste et l’épistémologie de l’économie, notamment celle des expérimentations randomisées contrôlées.

De la biodiversité intellectuelle en économie. Pluralité des programmes de recherche et des rapports aux faits

Résumé : Cette présentation propose de mettre en lumière la pluralité des rapports aux faits dans la discipline économique depuis le 19e s. et ses enjeux. Si les contours des courants dominants et dominés (des « orthodoxies » et des « hétérodoxies ») sont très évolutifs, la discipline a longtemps été caractérisée par une importante diversité de programmes de recherche, de styles de raisonnement scientifique (Hacking), d’hypothèses de départ  et de rapports aux faits. Des démarches inductives, abductives ou hypothético-déductives ont ainsi pu prendre place, donnant lieu selon les moments à des formes de coexistence pacifique ou à d’intenses querelles de méthodes (Methodenstreit, controverse Measurement without theory etc.).

La présentation proposera tout d’abord un premier aperçu pédagogique de cette diversité depuis le 19e. Dans un deuxième temps, elle prendra appui sur l’exemple contemporain des expérimentations randomisées contrôlées (Duflo, Banerjee etc.), révélateur d’un nouveau tournant empirique (et expérimental) de l’économie mainstream. Elle pointera ce faisant le caractère illusoire d’une vision dépolitisée, purement objective de la construction des faits expérimentaux et de leur interprétation (sans pour autant sombrer dans de quelconques « raoulteries »). La conclusion mettra en perspective les enjeux d’un pluralisme intra-disciplinaire contrôlé 1) pour la production de connaissances économiques robustes et pertinentes (processus d’objectivation sociale) et 2), plus largement, ses enjeux comme condition de possibilité d’une discussion démocratique des politiques économiques.


Organisateurs :
Philippe Brunet, Professeur de sociologie, Laboratoire interdisciplinaire Sciences Innovations Sociétés (LISIS), UMR UGE, INRA, CNRS, Université Gustave Eiffel et
Julien Gargani,Directeur du Centre d’Alembert